2017-11-Édito
 

Bien que je sois nouvellement arrivé dans l’Unité Pastorale « Entre Lance et Ventoux », on me demande de rédiger l’éditorial du n° de novembre du bulletin de l’Unité Pastorale.

J’en suis un peu étonné et embarrassé ! Petit Frère de l’Evangile, et évêque émérite du diocèse de Maroua-Mokolo, dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun, je suis depuis trois mois, pour raisons de santé, dans notre fraternité de Nyons, heureux de vivre ici avec mes frères et avec l’accueillante communauté
chrétienne.

Sans bien la connaître encore, je suis frappé par la foi et la vie de notre communauté chrétienne de Nyons. Comme beaucoup d’Eglises d’Occident, elle est bien sûr marquée par le phénomène évident de « déchristianisation » que l’on constate et qui se manifeste de différentes façons. Mais ce que je perçois surtout en arrivant, c’est la confiance et la générosité dont témoignent vos communautés, face, précisément, à ce phénomène difficile dans lequel elles sont plongées.

Encouragées comme elles le sont par nos prêtres et religieux et religieuses, par notre évêque Pierre-Yves, et par notre pape François, bien loin de sombrer dans je ne sais quel pessimisme ou défaitisme, vos communautés chrétiennes sont joyeuses et cherchent avec toute leur intelligence, leurs talents, leurs idées, leurs réalisations, à annoncer Jésus-Christ, à l’annoncer à nos jeunes tels qu’ils sont aujourd’hui, à nos voisins et amis tels qu’ils sont aujourd’hui.

Il suffit de parcourir votre bulletin « Entre Lance et Ventoux » pour en être convaincu ! Nos communautés chrétiennes du Nord-Cameroun en sont, c’est vrai, à un tout autre stade de l’évangélisation. Mais comme vous elles ont besoin aujourd’hui de trouver des chemins nouveaux pour mieux s’adapter au monde dans lequel elles vivent, pour y annoncer et vivre de manière plus vraie la Bonne Nouvelle de Jésus. Elles doivent se préparer à affronter peut-être elles aussi, un jour, ces difficultés que vous vivez ici aujourd’hui, ou d’autres semblables. Alors elles viendront peut-être vous demander : « on fait comment ? » (c’est une expression camerounaise !), elles viendront boire à la source de votre foi, de votre expérience et de votre enthousiasme. C’est ainsi que nos Eglises, de par le monde, peuvent se soutenir et s’encourager mutuellement.

Je me réjouis de pouvoir être avec vous le 4 novembre à Sahune pour cette journée de prière et de réflexion, où nous chercherons ensemble à approfondir ce thème si riche de l’annonce de la Bonne Nouvelle.

A chacun, chacune de vous, je voudrais souhaiter de tout coeur « bon courage » sur ce chemin de l’évangélisation. L’Esprit-Saint nous a précédés dans le coeur de celles et de ceux à qui nous nous adressons, et il est là avec nous sur la route, il nous accompagne.

Frère Philippe Stevens
 






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP